~ Programmation cinéma ~
Programmation cinéma

Au cinéma des familles, du mercredi 19 août au dimanche 23 août

Mercredi 19 août

18h00

Courts métrages documentaires

Il était une fois Pikpa
Réalisé par Marine de Royer
France – 2018 – 14’

Version originale
Tourné en Grèce sur l’île de Lesbos
Produit par Marine de Royer

Le jardin
Réalisé par Frédérique Menant
France – 2019 – 15’

Tourné en Guadeloupe
Produit par La surface de dernière diffusion

Vaarheim
Réalisé par Victor Ridley
Belgique/Royaume-Uni – 2019 – 30’

Anglais sous-titré français
Tourné sur l’Archipel des Skerries extérieures en Ecosse
Produit par Hum Hum Production

Pikpa un ancien de camp de vacances, dans lequel des habitant de l’île de Lesbos accueillent des réfugiés. Plus qu’un « camp de réfugiés », Pikpa est un lieu de vie, où Grecs et exilés partagent un quotidien : ils cuisinent, dansent, jouent de la musique. Apprennent le grec ou l’arabe. Transforment les gilets de sauvetage en sacs dans l’atelier de couture. Entre un passé bousculé et un avenir incertain, ils inventent une vie commune, une vie « normale ».

Thérèse cultive un jardin créole, en Guadeloupe. Elle résiste contre les poisons invisibles.
Ses mains se confondent avec la terre. Son visage avec la lumière…
Frédérique Menant développe à travers la pratique du cinéma argentique une approche sensible et intuitive où les films sont comme des traversées, à la recherche de ce qui vibre dans les images. Les images qu’elle capte invitent à méditer sur notre manière d’être au monde et sur le temps qui nous traverse.

L’île des Skerries extérieures, située à l’Est des îles Shetland, en pleine Mer du Nord, 70 habitants.
Suite à la fermeture du lycée et de la pisciculture, Julie voit, impuissante, sa famille se disperser et la maison se vider. Son mari et son aîné doivent quitter l’île, la semaine, pour le Mainland. En attendant, elle vit seule, avec ses plus jeunes enfants, dans sa maison battue par les vents.

21h00

Avant-première bretonne

La tribu des dieux

Réalisé par Loïc Jourdain

France/Irlande – 2020 – 93’

Documentaire

Gaélique et anglais sous-titrés français
Tourné sur l’île de Toraigh en Irlande
Produit par Tita Productions

Tory Island, l’île habitée la plus au large des côtes du nord-ouest de l’Irlande. Après un long traitement pour son cancer sur le continent, Patsy Dan Rodgers, le Roi, élu par la population, découvre à son retour que le bateau qui les lie au continent va être remplacé par une vieille épave reconvertie.
Révoltée, la communauté affronte le gouvernement irlandais et se lance dans une campagne médiatique nationale et européenne pour sauver ses traditions, sa langue et sa culture. De nombreuses familles menacent déjà de quitter l’île si rien n’est fait. Les souvenirs d’une évacuation des habitants, dans les années 80, ressurgissent et grandissent. Et petit à petit, sous la pression, la communauté se divise…

Jeudi 20 août

13h45

Côte à côte

Réalisé par Yannick Casanova

France – 2015 – 50’

Documentaire

Comorien sous-titré français
Tourné à Anjouan et Mayotte
Produit par Mareterreaniu et France Télévisions

Depuis le pont du « Maria Galenta », deux îles se scrutent, séparées par à peine 70 kilomètres de mer, deux réalités s’affrontent. Mayotte la Française, détachée de l’ensemble politique de l’Union des Comores, fait rêver ses voisins d’Anjouan.
Sur ce bras de mer, chaque jour, des Anjouanais voguent entassés sur des embarcations de fortune, les kwassa-kwassa, en quête de conditions de vie plus dignes. Un voyage périlleux et éprouvant au terme duquel les attend souvent la désillusion, si la mort ne les a pas cueillis en chemin.
Ce phénomène migratoire se révèle être un ample drame humanitaire au moins méconnu si ce n’est ignoré.

15h30

There once was an Island

Réalisé par Brian March

Nouvelle-Zélande – 2010 – 80’

Documentaire

Anglais sous-titré français
Tourné sur l’atoll de Takuu
Produit par On the level productions

Les habitants de Takuu, petit atoll du Pacifique, sont confrontés aux premiers effets dévastateurs du changement climatique et à la hausse du niveau des mers.
Face au péril des inondations, Teloo, Endar et Satty vont-ils décider de rester sur leur île ou partir s’installer sur une terre nouvelle et inconnue, en abandonnant leur terre ancestrale, leur culture et leur langue ?

Prix du Public FIFIG 2011

18h00

Carte blanche au festival Pêcheurs du Monde

Présentation par Alain Le Sann de l’association « Pêcheurs du monde »

The Sea and the Land

Réalisé par Ines Reinisch

Allemagne – 2018 – 15’

Documentaire

Anglais sous-titré français
Tourné sur Malin Head en Irlande
Produit par Ines Reinisch

À Malin Head, le lieu le plus septentrional de l’Irlande, les éléments de la nature se font ressentir avec intensité. Des vagues s’écrasent contre la côte atlantique rocheuse, la vie est marquée par le rythme des marées, du vent et de l’eau. À travers les témoignages d’un fermier, d’un marin pêcheur et d’un météorologue qui vivent là, en lien étroit avec les éléments, ce très beau film nous montre comment l’île subit les dérèglements climatiques. Et pour ces irlandais, impuissants face aux changements du climat, le constat est amer.
Toute la fragilité humaine est là, démunie, entre terre et mer.

Island Road

Réalisé par Francescu Artily

France – 2019 – 73

Documentaire

Anglais et cajun sous-titrés français
Tourné sur l’île de Jean-Charles aux Etats-Unis
Produit par White Chesnut Production

Dans deux générations, l’Isle de Jean-Charles, située au sud de la Louisiane et actuellement peuplée par les descendants d’Amérindiens, aura disparu à cause de la montée des eaux, de la fréquence des ouragans et de la fragilisation de son écosystème par la construction de canaux servant les compagnies pétrolières installées dans le Golfe du Mexique avec, comme conséquence, la relocalisation des communautés qui y vivent.
Dans ce contexte de migration forcée, certains se résignent, d’autres s’accrochent.

Vendredi 21 août

13h45

Îles en parallèle

Réalisé par Véronique Buresi

France – 2007 – 52’

Documentaire

Anglais sous-titré français
Tourné en Corse et à la Réunion
Produit par Mareterraniu, RFO et France 3 Corse

Qu’est-ce que vivre dans une île ? La question peut paraître étonnante. Et pourtant la vie insulaire suscite autant le rêve que l’angoisse. Mais l’île est surtout un lieu où l’on vit. Un lieu que parfois l’on choisit et qui parfois vous choisit. Elle est en tout cas un lieu qui vous construit.
Véronique Buresi interroge les insulaires de Corse et de la Réunion amenant chacun à exprimer sa sensibilité. Ces deux îles se mêlent et se confondent au cœur de ce récit touchant.

Une séance, deux films…

15h30

Sanstrati

Réalisé par Thanassis Totsikas et Mina Ananiadou

Grèce – 2019 – 34’

Documentaire

Grec sous-titré français
Tourné sur l’île d’Ai Stratis
Produit par Thanassis Totsikas et Mina Ananiadou

Cinq jours sur l’île d’Ai Stratis, cinq jours au I Sea Art Festival…
Ce documentaire est l’occasion, pour les insulaires de cette petite île du nord-est de la mer Egée
, de se raconter et de raconter leur île.
Thanassis Totsikas et Mina Ananiadou dessinent le portrait d’une île au travers de ses habitants et de leurs récits.

d’Escale en Eskal

Réalisé par Tanguy Alanou

France – 2019 – 52’

Documentaire

Français
Tourné sur l’île d’Ouessant
Produit par Les films de la pluie

Quand les musiciens Yann et Émilie Tiersen découvrent la mise en vente de L’Escale, l’ancienne discothèque d’Ouessant fermée depuis 15 ans, ils y voient l’occasion de réaliser un rêve : créer des studios d’enregistrement sur leur île d’adoption. Dans ce lieu mythique pour les Ouessantins, le couple veut aussi créer un pôle culturel, Eskal. Ce projet n’arrive pas seul dans le paysage insulaire : alors que tourisme et maisons secondaires semblent donner le ton, une nouvelle génération se réapproprie les commerces et s’investit dans la vie associative. d’Escale en Eskal devient ainsi la métaphore d’une île en mutation, à travers le témoignage de ses habitants et la transformation d’un lieu où les décibels résonneront pour longtemps.

18h00

A Donkey called Geronimo

Réalisé par Arjun Talwar et Bigna Tomschin 

Allemagne/Suisse – 2019 – 80’

Documentaire

Allemand et anglais sous-titrés français
Tourné sur en mer Baltique, au fjord de Flensbourg
Produit par Lo-Fi Films and Arjun Talwar

 

Un groupe de marins s’installe, plein d’idéaux de liberté et d’utopie communautaire, sur une petite île déserte perdue dans la mer Baltique, jusqu’au jour où leur communauté se désagrège.
De retour sur le continent, le cœur brisé, ces hommes sont hantés,  poursuivis par le souvenir des promesses de l’île et de leur vie perdue.  « A Donkey called Geronimo » est un film qui explore la frontière entre le mythe et la réalité.

Samedi 22 août

Une séance, deux films…

14h00

Projection-débat

Vivre sur les îles, une problématique du logement

« Nous savons que, sur l’île, il est impossible de trouver une maison ». C’est avec cette phrase que cet hiver Radio Balises ouvre sa série de reportages sur la question du logement dans les îles ; comme une litanie, on ne cesse de le répéter à celles et ceux qui s’aventurent dans ce projet de vie. S’installer, vivre l’île à l’année : à quelles conditions et à quel prix ? Quelles sont les difficultés rencontrées lorsqu’il s’agit de trouver un logement ? Si l’on trouve chaque année des maisons à vendre sur ces territoires insulaires, il est toutefois difficile de se les offrir pour un grand nombre de personnes. Accéder au foncier nécessite des moyens financiers importants, louer un toit à l’année ressemble souvent à un parcours du combattant, dans ces endroits où les volets s’ouvrent en été puis se referment l’hiver. Lorsqu’un logement est disponible, la précarité est, toutefois, souvent de mise, entre insalubrité, promiscuité ou déménagements à répétition.

Cet été, nous souhaitons explorer cette question à travers des points de vues multiples, où le sensible et le politique se mêlent ; où les témoignages, les réflexions et les retours d’expériences se croisent. Développer l’offre de logement social, créer une réserve foncière, définir un statut de résident, autant de dispositifs pour tenter d’apporter des réponses politiques à une problématique sociétale de fond : quelles fonctions pour nos territoires insulaires, quel mode de vie pour nos sociétés îliennes ?

De nouveaux spectateurs pourront rentrer pour le deuxième film seulement si des places se libèrent.

14h00

On perd du terrain

Réalisé par Guillaume Lévesque

Canada – 2005 – 44’

Documentaire

Français
Tourné sur les îles de la Madeleine
Produit par PVP

Terrains à vendre, spéculation immobilière, population qui quintuple en saison estivale… Les impacts de l’industrie touristique qui s’est développée ces dernières années aux Îles de la Madeleine sont nombreux et ont soulevé des craintes chez une partie de la population.
Les Madelinots ont donc décidé de se mobiliser et de prendre en main le développement touristique de leur région afin d’en assurer la prospérité dans le respect du milieu naturel, des habitants et de leur mode de vie.

15h15

Résidents

Réalisé par Laurence Leduc-Clementi

France – 2018 – 52’

Documentaire

Français
Tourné en Corse, sur l’île de Sein et à Belle-Île-en-Mer
Produit par Chjachjarella et France Télévisions

Sur les territoires particulièrement convoités, la spéculation immobilière se fait au rythme du « marché », sans réel contrôle des pouvoirs publics. Alors les habitants de terres exposées, comme les îles du rivage français, réfléchissent et s’organisent pour continuer à se loger et à travailler où ils vivent.
À travers des récits et des témoignages d’îliens, ce documentaire questionne la problématique du foncier dans des zones sensibles, sur les îles du Ponant en Bretagne et en Corse.

16h30

Débat

Invités :
Daniel Lorcy, ancien maire de l’île d’Arz
Louis Brigand, géographe
Le Collectif Ressac

Le débat s’ouvrira par l’écoute d’un montage sonore réalisé par Radio Balises dans le cadre de la série Habiter l’île pour l’émission 3°28 W.

21h00

Lettre à Momo

Réalisé par Hiroyuki Oriuka

Japon – 2011 – 115’

Film d’animation

Version française

A partir de 8 ans

 

Momo est une jeune fille de 11 ans timide et pleine d’imagination. Son père vient de mourir, laissant derrière lui un grand vide, ainsi qu’une lettre inachevée contenant seulement deux mots : « Chère Momo… ». Que voulait-il vraiment lui dire ? Momo part s’installer avec sa mère sur la petite île de Shio, loin de Tokyo et de la maison dans laquelle elle a grandi. Hostile à ce nouvel environnement, l’adolescente a du mal à s’intégrer et se renferme. Peu à peu, des événements étranges se produisent sur l’île, d’ordinaire paisible. Les vergers sont mis à sac, et les effets personnels des habitants disparaissent. Momo découvre alors l’origine de ces perturbations dans le grenier de la maison…

Dimanche 23 août

15h00

Lucien Roo Kimitété, un homme de la terre des hommes

Réalisé par Dominique Heitiri Agniel

France – 2010 – 52’

Documentaire

Français
Tourné sur l’île de Nuku Hiva aux îles Marquises
Produit par L’envol et France Ô

En présence de la réalisatrice

Il est des hommes qui portent haut et fort la voix de leur peuple, non par la violence, mais par le dialogue, l’art, la culture. Lucien Roo Kimitete est de ceux-là : homme politique par accident, il a été l’instigateur de la renaissance marquisienne et a su rappeler à la lointaine métropole que ces maoris du bout du monde sont une composante de la richesse culturelle française.
Le film retrace le parcours de cet homme hors du commun, maori et français, danseur et homme politique, religieux et hédoniste. Une vie arrêtée brutalement le 23 mai 2002  dans un accident d’avion, au-dessus des Tuamotu dans le Pacifique, sans laisser de traces.

17h30

Rediffusion

La tribu des dieux

Réalisé par Loïc Jourdain

France/Irlande – 2020 – 93’

Documentaire

Gaélique et anglais sous-titrés français
Tourné sur l’île de Toraigh en Irlande
Produit par Tita Productions

Tory Island, l’île habitée la plus au large des côtes du nord-ouest de l’Irlande. Après un long traitement pour son cancer sur le continent, Patsy Dan Rodgers, le Roi, élu par la population, découvre à son retour que le bateau qui les lie au continent va être remplacé par une vieille épave reconvertie.
Révoltée, la communauté affronte le gouvernement irlandais et se lance dans une campagne médiatique nationale et européenne pour sauver ses traditions, sa langue et sa culture. De nombreuses familles menacent déjà de quitter l’île si rien n’est fait. Les souvenirs d’une évacuation des habitants, dans les années 80, ressurgissent et grandissent. Et petit à petit, sous la pression, la communauté se divise…

~ Les soirées ~
Les soirées

A Locmaria, à Kerlard et au Bourg…

Jeudi 20 août

A la Pop’s Tavern, à Locmaria

19h30

Château Lafeet

« Entre musique balkanique, reggae dub, jazz manouche, jungle, hip-hop, house music… nous avons refusé de choisir ! Nous composons selon nos humeurs, nos envies. Aucun style ne nous est interdit. »

Ce qui forge l’identité de Château Lafeet, ce n’est pas son genre musical, mais bel et bien le son que créent leurs instruments combinés : accordéon brut, guitare tantôt manouche, atmosphérique, rythmique, basse… Boucles, chants et beat box viennent s’ajouter à ce cocktail détonnant !

Jauge maximale de 100 personnes, places assises. Pas de réservation !

Vendredi 21 août

Terrasse de l’Hôtel de la Marine, Le Bourg

18h00

Rencontre-lectures à deux voix pour, peut-être réinventer, un monde…

en compagnie d’Yvon Le Men (prix Goncourt de la poésie 2019)
et
Alexis Gloaguen, grand découvreur d’îles.

Deux amis dans la vie, deux regards singuliers nourris d’enfances, de rencontres, de révoltes, d’humour et de liberté.

Manifestation proposée par La librairie l’Ecume … et la Fédération des Cafés de Librairies de Bretagne et accueillie dans le cadre du FIFIG.

Place de Kerlard

21h30

L’île d’elles
Chroniques et films insulaires de Groix

Avec Lucien Gourong

La première image qui nait dans l’esprit quand est évoquée l’île de Groix est celle de ses thoniers et de ses marins, ces célèbres dundees et ses non moins renommés chiqueurs de toile comme les avait appelés Auguste Dupouy. Les stéréotypes ont fait bien souvent oublier que Groix fut d’abord et avant tout une histoire de femmes, mères, épouses, sœurs, filles, une gente féminine de marins certes, mais aussi vestales du foyer, seins nourriciers, garantes du ménage, éleveuses des enfants, travailleuses acharnées de la terre.

C’est la raison pour laquelle le Fifig avait décidé de mettre à l’honneur dans son édition 2020, si elle avait eu lieu normalement, c’est à dire en dehors de tout risque lié à la pandémie qui frappe le monde, le rôle des femmes dans la vie insulaire et avait demandé à Lucien Gourong d’imaginer un spectacle intégrant de nombreux artistes prévu à Port-Lay. Celui-ci avait imaginé une fiction où une jeune femme de l’île, personnage romanesque baptisée Clémence Tonnerre, née à Kermario au début du XXe siècle, décide, une fois les horreurs de la boucherie de 14-18 quelque peu estompées, d’aller visiter le monde, voir comment il a changé, s’il est devenu meilleur, si l’on vit mieux ailleurs. Quête de chimères. Fuite d’une île devenue pour la jeune femme un carcan.  

C’est sur cette trame que Lucien Gourong, accompagné par Laurent Morisson, improvisera à Kerlard en imaginant au travers d’une correspondance entre Clémence écrivant des quatre coins du monde et sa mère restée à l’île de Groix ce que furent ces années de l’après-guerre, ces années 30 que l’on qualifiera de folles plus tard. Pour agrémenter ce tissage de mots : quatre films consacrés à Groix, celui d’Emmanuel Audrain sur Mélanie Tenin, celui sur Jocelyne de Quéhello réalisé par Bernard Bloch, et deux archives de l’INA.

En prévente uniquement. Jauge maximale de 150 personnes, places assises.
Couvrez-vous bien pour être au chaud !