En route pour les Petites Antilles !

S’intéresser aux Petites Antilles c’est réaliser que cette appellation est géographique plus que culturelle et s’inscrit dans un ensemble beaucoup plus vaste qu’est La Caraïbe. « Il y a là une diversité humaine créée de toute pièce par l’Histoire, qui terrorise la mémoire de certains et théorise la résilience pour d’autres » écrit Malik Duranty, sociologue et poète martiniquais. Une diversité de peuples et de territoires insulaires, de langues et de langages, de cultures et d’imaginaires.

Une diversité qui met justement au cœur d’un certain cinéma des Petites Antilles la question de l’identité et du déracinement. Qui sommes-nous ? D’où venons-nous  ? Formons-nous un peuple ? Quel avenir voulons-nous pour nos îles ? Une identité impalpable qui émerge au gré des films, à travers des thématiques récurrentes et transversales comme la poésie, la musique et la danse ; l’importance des luttes sociales de 2009 dans l’histoire récente ; les croyances et les esprits ; le vaudou ; les rêves d’avenir et un imaginaire puissant et communicatif.



En route pour les cinémas éclectiques des Petites Antilles qui existent difficilement sur les écrans nationaux et ont bien souvent du mal à arriver jusqu’à nous.

Read the text in English

Taking interest in the Small Caribbean is to realize that this denomination is more geographical than cultural and that they are part of a group much larger than the Caribbean. «Here is a human diversity all made up by history,  that terrifies the memory of some and  theorizes the resilience of others. » write Malik Duranty, sociologist and poet from Martinique.

Diversity of people, insular territories, languages, cultures and imaginary.

A diversity that put in the center of the small Caribbean cinema the question of identity and uprooting. Who are we? Where do we belong? Are we a people? What future for our islands? An impalpable identity emerges as the films develop through recurring themes such as poetry, music and dance; the importance of 2009 social struggle in recent history; beliefs and spirits; voodoo; premonitory dreams and a powerful and communicative imaginary.

At the discovery of the eclectic cinema of the small Caribbean, hardly visible on national screens, because it often has difficulties to reach us.

Soirée d'ouverture

Mercredi 23 août

Lancement de cette 17ème édition du FIFIG le mercredi 23 août 2017 à 18h00 à Port Lay – Scène du Tiki

Accueil en musique avec le Cercle Celtique de l’île de Groix
Discours d’ouverture
Présentation du Jury et des îles invitées

SolitudesMartinique

Solitudes Martinique
de Véronique Kanor

Performance scénique/projection de photos et vidéos

En plein air à Port Lay – 22h00

Solitudes Martinique est une performance de pict-dub-poetry, une expérience martiniquaise de poésie sociale et visuelle.
Une femme débarque en Martinique à reculons. C’est un chagrin d’amour qui l’a exilée de France vers son île pré-natale. Pétrie d’ailleurs, rêvant de grands horizons, elle ne veut pas appartenir à cette terre, à ce peuple qu’elle juge aliéné. La solitude qui l’habille et le chagrin qui la ronge l’obligent à sortir d’elle-même. Elle se met alors à sillonner l’en-dedans d’un pays et à en interroger la nature humaine.

Lynanaj-NÉve´

Lyannaj Névé
Lewoz/Fest-noz – Guadeloupe/ Bretagne

Concert à l’Usine de Port Lay – 23h00

Parmi les rassemblements festifs traditionnels et populaires du monde, Fest-noz et Lewoz ont su s’adapter à l’époque contemporaine tout en gardant une énergie intacte qui semble parvenir de la nuit des temps. Le mariage de ces deux traditions est une véritable révélation humaniste et culturelle.
Les musiciens de Lyannaj Névé (six guadeloupéens et quatre bretons) puisent dans leur répertoire respectif et consacrent un mariage musical complice et créatif qui se fait dans le respect des cultures créoles et bretonnes.

Soirée Antilles Néerlandaises ~ Curaçao

Jeudi 24 août

A Shtetl in the Caribbean

A Shtetl in the Caribbean
Documentaire – V.O sous-titrée

Cinéma des familles, jeudi 24 août à 20h45

A Shtetl in the Caribbean raconte la fascinante histoire de deux amis d’enfance. Mark et Tsale, fils de juifs d’Europe de l’Est qui ont fui à Curaçao, font le voyage retour vers le pays natal de leurs ancêtres. A travers ce documentaire sous forme de road-movie à travers Curaçao, les États-Unis, la Biélorussie, l’Ukraine et Israël, nous sommes les témoins de leurs découvertes, de leur courage et de leur désespoir tandis qu’ils se remémorent les sacrifices que leurs parents ont dû consentir pour offrir à leurs familles un avenir meilleur.

Pays-bas – 2014 – 1h39
Tourné à Curaçao, en Europe de l’Est, aux Etats-Unis et en Israël
Réalisé par Sherman de Jesus

ava & gabriel

Ava et Gabriel : a love story
Fiction – V.O sous-titrée

Cinéma des familles, jeudi 24 août à 22h45

1948, Curaçao, île autonome hollandaise des Antilles. Gabriel Goedbloed, peintre hollandais originaire du Suriname, arrive sur l’île pour réaliser une fresque de la Vierge Marie dans la cathédrale de Willemstad. Il décide de peindre une vierge noire avec pour modèle Ava Recordina, une femme métisse. Les problèmes commencent lorsque le fiancé d’Ava, officier de police, découvre que l’artiste et le modèle ont une liaison. L’histoire a pour toile de fond la décolonisation de Curaçao après la Seconde Guerre mondiale.

Curaçao – 1990 – 1h30
Tournée à Curaçao
Réalisé par Felix de Rooy

   

Soirée Euzhan Palcy ~ Martinique

Vendredi 25 août

Née en Martinique, Euzhan Palcy est réalisatrice, scénariste et productrice. En 1983, elle réalise Rue Cases-Nègres (César du meilleur premier film, Lion d’Argent à la Mostra de Venise) d’après l’ouvrage du même nom de Joseph Zobel. Ce premier long-métrage, plus de dix-sept fois primé, marque le début d’un long chemin qui fait d’elle la première personne noire produite par un studio de Hollywood.

Nous voulons mettre à l’honneur son cinéma, son engagement pour les droits civiques, la mise en valeur de la culture martiniquaise et de la langue créole, à travers deux fictions : Rue Cases-Nègres et Siméon.

Rue Cases-Nègres

Rue Cases-Nègres
Fiction – Version française

Cinéma des familles, vendredi 25 août à 20h45

1931. A 6000 kilomètres de la métropole qui prépare l’exposition coloniale, la Martinique vit à l’heure des vacances d’été. Au milieu de la plantation, la Rue Cases-Nègres : deux rangées de cases de bois, désertées par les adultes partis travailler dans la canne à sucre, sous le contrôle des économes et des commandeurs. Parmi les enfants qui passent leur été à s’amuser, se trouve José, orphelin de 11 ans, élevé avec fermeté et amour par M’an Tine sa grand-mère. Bientôt la vie séparera ces enfants au gré de leurs succès ou de leurs échecs scolaires… Un film sur la colonisation et l’exploitation des populations locales les plus pauvres, malgré l’abolition de l’esclavage et l’interdiction des coups de fouet.

France – 1983 – 1h43
Tourné en Martinique
Réalisé par Euzhan Palcy

Siméon

Siméon
Fiction – Version française

Cinéma des familles, vendredi 25 août à 22h45

Dans un petit village des Antilles habite Siméon, vieux professeur de musique que tout le monde aime et respecte. Avec son disciple, Isidore, mécanicien par nécessité et musicien par passion, il rêve de créer une musique qui devienne aussi universellement populaire que le jazz ou le reggae. En un mot, il rêve de conquérir le monde en Créole. Quand un beau jour Siméon meurt accidentellement. Tout serait fini avant d’avoir commencé, s’il n’y avait eu l’acte d’amour d’Orélie, une gamine de dix ans, la fille d’Isidore. Un conte poétique frais et léger qui met en avant la musique, les traditions, les croyances, les rites d’une Martinique vraie et vivante.

Martinique – 1992 – 1h55
Tournée en Martinique
Réalisé par Euzhan Palcy

    

Soirée Trinité-et-Tobago

Samedi 26 août

Calypso Rose - droits Jason Gardner

Calypso Rose, the lioness of the jungle
Documentaire – V.O sous-titrée

Cinéma des familles, samedi 26 août à 18h35

Calypso Rose est l’ambassadrice de la musique caribéenne. Légende vivante du Calypso, souvent comparée aux plus grandes chanteuses de la soul, comme Aretha Franklin, Miriam Makeba ou Cesaria Evora, elle a une personnalité charismatique. Ce film est tout d’abord un portrait intimiste de la grande diva. Mais c’est aussi un voyage musical qui nous emmène de l’île de Tobago, à New York, Paris, Ouidah et Cotonou. Cette activiste féministe se livre : elle évoque son enfance, ses sources d’inspiration, son parcours, son engagement pour l’humanitaire et pour la reconnaissance des droits des femmes… La foi qui guide sa vie a aussi une importance capitale dans son cheminement artistique.

France – 2011 – 1h25
Tourné à Trinité-et-Toabgo
Réalisé par Pascale Obolo

Art Connect

Art Connect
Fiction – Version française

Cinéma des familles, samedi 25 août à 22h30

Art Connect illustre parfaitement l’effet de l’intervention créative sur la vie d’un groupe de jeunes du quartier sensible de Laventille. Le film montre le profond impact de la peinture, la poésie, la musique, la danse sur des enfants à qui on a donné des caméras afin qu’ils filment leurs expériences. En permettant au spectateur de rentrer dans l’intimité de leur monde, ils dévoilent leurs espoirs, leurs peurs et on assiste à une réelle transformation de leur vie. Au travers de leurs discours, leurs peintures, leurs chants, leurs films et leurs danses, nous sommes invités à entrer dans leur monde, le bidonville de Laventille à Port-of-Spain.

Trinité-et-Tobago – 2013 – 1h14
Tournée à Trinité-et-Tobago
Réalisé par Miquel Galofré

La programmation « En route pour les Petites Antilles » ne se limite pas à ces quatre soirées thématiques. Nous vous proposons aussi une dizaine d’autres films antillais, deux tables-rondes et un steelband en concert. Retrouvez le programme complet dans le catalogue, téléchargeable ici !