Expositions

Letizia Battaglia est une pionnière du photojournalisme italien. Née à Palerme en 1935, elle se marie à 16 ans pour échapper à son père. Dix-huit ans de mariage plus tard, elle quitte son mari et part pour Milan pour changer de vie. En 1974, revenue à Palerme, elle travaille comme photographe pour le journal L’Ora et est le témoin quotidien des exactions de la mafia. Passée la nausée du premier corps ensanglanté, Letizia Battaglia suivra les méfaits de la mafia en Sicile pendant plus de 30 ans. Plus tard, pour exorciser cette violence, elle s’est mise à photographier les femmes…


Interview – projection en continue
Elle s’est livré au réalisateur Fransesco Maresco en 2017 dans
La Mia Battaglia, un entretien vidéo de 32 minutes, où elle évoque Palerme, la photographie, mais aussi la vie, la mort, l’amour.

Page Facebook de Letizia Battaglia

Témoignage de l’entraide et de l’humanité qui règnent à bord de l’Aquarius. Engagée par l’association SOS Méditerranée comme photographe reporter, Maud Veith fonde également l’association Femmes PHOTOgraphes en 2015.
« J’embarque pour la première fois sur l’Aquarius en octobre 2017, bateau humanitaire affrété depuis février 2016 par l’association SOS Méditerranée afin de venir en aide aux embarcations migrantes. Au cours des trois semaines passées à bord comme photographe, 588 passagers ont été sauvés de la noyade. Tous étaient partis de Libye, seulement équipés d’un petit sac plastique contenant l’essentiel de leurs affaires, et pieds nus pour la plupart. Deux jours plus tard, nous les déposions sur la terre ferme, dans le petit port de Vibo Valentia, au sud de l’Italie ».


Samedi 25 août, à 11h15 : conférence sur les migrations avec SOS Méditerranée

Site de Maud Veith

« Sur le chalutier la traque était invisible, réduite à des rayures et points sur un sonar, ici tout se vivait comme depuis la nuit des temps à guetter l’océan ». Jean-Paul Mathelier est photographe et réalisateur, il a embarqué à bord de bateaux de pêche au thon au large des Açores. 

Documentaire – projection en continue
Hommes de Misaine – 26’ – Réalisé par Jean-Paul Mathelier, sur la quête du « poisson d’argent », la sardine, à partir de photographies de Jacques de Thézac (entre 1910 et 1930).

Antonia Jackson

antonia jakson

Le travail actuel d’Antonia Jackson est inspiré par la redécouverte d’archives familiales sous forme de films Super 8, réalisés par son père dans les années 70 et 80 lors de ses voyages d’affaires en Asie et Afrique. Les îles y figurent en bonne place, notamment Hong Kong, le Sri Lanka et l’Indonésie. Antonia sélectionne soigneusement des arrêts sur image extraits de ces films et créé une peinture narrative colorée qui oscille entre figuration et abstraction. L’utilisation de la couleur, influencée par le postimpressionisme, donne à ses tableaux une atmosphère irréelle et invite le spectateur dans un monde poétique étrange relevant à la fois du souvenir et de l’imaginaire.

Site internet d’Antonia Jackson

catherine raoulas

catherine raoulas

« Cartes marines, morceaux d’épaves, toiles de jute… telles sont les matières premières que j’exploite pour exprimer ma passion : la mer et ses hommes qui en vivent. Installée sur le port de Lorient, mon quotidien se nourrit d’histoires iodées, musclées mais aussi tendres et hautes en couleurs ».
Catherine Raoulas

Site internet de Catherine Raoulas

Antoine de Tapol

Antoine de Tapol

« Dans la perspective d’interroger l’impact du territoire sur la construction identitaire, j’ai choisi de m’intéresser aux îles. Groix et Belle-Île-en-Mer plantent le décor. C’est vers les adolescents et plus spécifiquement vers les élèves de troisième que je me suis tourné. Très lucides sur leurs conditions, ils vont quitter un cocon et franchir la mer afin de poursuivre leurs études. Les horizons se dessinent et j’interroge la vision qu’ils ont de leur île, du continent, de l’amitié, de l’adolescence… »
Antoine de Tapol

Site internet d’Antoine de Tapol

ÎAC, Île Art Contemporain

IAC-anne-laure-witschger-

Le collectif ÎAC propose un travail sur le thème de l’île.
Parallèlement un second projet est présenté par l’association ÎAC à Kermouzouet sous forme d’un parcours d’art en plein air sur le thème « l’image en mouvement ». Plusieurs installations seront proposées du 7 juillet au 31 août.

Page Facebook du ÎAC
Site internet du ÎAC

Catherine Bayle

Catherine bayle

Catherine récupère du papier peint, qu’elle triture, déchire, coupe et colle pour créer des collages sur les phares. Elle et son mari, Jacques Bayle-Ottenheim, ont participé à la création du festival du livre insulaire à Ouessant, il y a quelques années. C’était en 1999. Depuis, les années ont passé et la passion de Catherine n’a pas faibli puisqu’elle vient de réaliser son 258ème phare, celui de Formica, en Sicile…

Site internet de Catherine Bayle

valérie windeck et les enfants de Groix

j'habite sur l'île de groix

Les enfants des écoles primaires de Groix ont réalisé un dessin représentant l’île de Groix. Plus d’une centaine de dessins ont été assemblés afin de réaliser une fresque. Ce travail fait écho au court métrage de 28 min de Valérie Windeck, J’habite sur une île, présenté cette année au Fifig dans la sélection Îles du Ponant.