Soirée Sara Gómez : jeudi 19 août

20h00 – Cinéma des Familles
Une séance – deux films

~ Salut les Cubains ~
Agnès Varda
France – 1963 – 30’

Quatre ans après l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro, Agnès Varda débarque à Cuba avec le réalisateur Joris Ivens et le journaliste Armand Gatti. « Ce film est un hommage à Cuba. J’avais été invitée là-bas par l’ICAIC, l’Institut du cinéma cubain. J’avais emmené un Leica et de la pellicule et j’ai ramené 2 500 photos que j’ai mis six mois à monter. A Cuba, ils disent que c’est un film cubain, qu’il a la « sabor ». » Agnès Varda
Elle revient aussi à son premier amour : la photographie. Un film qui danse aux rythmes du cha-cha-cha, avec le sourire de Sara Gómez, alors assistante à la réalisation.


~ Mi Aporte ~
Sara Gómez
 Cuba – 1969 – 33′
En présence d’Alessandra Müller,
    réalisatrice de « ¿ Donde està Sara Gómez ? » 

Sara Gómez mène une réflexion sur la confrontation entre le machisme cubain traditionnel et l’arrivée massive des femmes dans l’effort productif. Alors que Cuba est en pleine révolution, ce film met en exergue les difficultés rencontrées par les femmes pour s’intégrer sur le plan économique et atteindre l’égalité avec les hommes.

 22h30 – Cinéma des Familles

~ ¿ Donde està Sara Gómez ? ~
Alessandra Müller
France – 1999 – 43′
En présence d’Alessandra Müller

Sara Gómez a vécu dans la Havane pré-révolutionnaire et post-révolutionnaire. Décédée jeune dans les années 70, elle est la première réalisatrice afro-cubaine de son pays qui a su, à travers le peu de films qu’elle a tournés lors de sa courte vie, affirmer avec charisme une pensée forte et libre. Son œuvre demeure cependant méconnue. Que reste-t-il de sa vision de la vie, de sa manière d’essayer de rapprocher les contraires ? Alessandra Müller mène l’enquête pour découvrir qui était cette femme hors du commun et aujourd’hui oubliée. Elle part à la rencontre de ses proches et ami.e.s (dont Agnès Varda) et suit les traces de son histoire d’amour avec Germinal Hernandez, son mari, preneur de son mythique.

Soirée Ramona S. Diaz : vendredi 20 août

20h00 – Cinéma des Familles

~ A Thousand Cuts ~
Ramona S. Diaz
États-Unis, Philippines – 2020 – 1h38
Première en France

Le régime autoritaire du président philippin Rodrigo Duterte mène la vie dure à la démocratie de son pays. Des campagnes de désinformation voient le jour sur les réseaux sociaux et infiltrent de plus en plus la société. Dans ce contexte, la journaliste Maria Ressa met en jeu les outils de la presse libre ainsi que sa propre liberté pour défendre la vérité et la démocratie. « Ce que nous voyons, c’est la mort par mille coupures de notre démocratie, de petites coupures dans le corps de la démocratie philippine. Et quand vous en avez assez de ces coupures, vous êtes tellement affaibli que vous mourrez. » Maria Ressa

 22h30 – Cinéma des Familles

~ Motherland ~
Ramona S. Diaz
États-Unis, Philippines – 2017 – 1h34

Motherland nous emmène au cœur de la maternité la plus fréquentée de la planète dans l’un des pays les plus pauvres et les plus peuplés du monde : les Philippines. Et nous nous trouvons soudain en immersion, tel un étranger invisible qui se glisse discrètement dans le flot d’activité de l’hôpital, traverse les couloirs, entre dans les chambres et écoute les conversations. Au premier abord, les gens alentours nous paraissent étrangers. Mais au fur et à mesure que le film se poursuit, il devient plus intime, nous rendant certaines femmes au cœur de l’histoire de plus en plus familières. Trois d’entre elles – Lea, Aira et Lerma- émergent de la multitude pour partager leur histoire avec d’autres mères, leurs familles, des médecins et des travailleurs sociaux. Bien que chacune d’entre elles soit confrontée à des difficultés considérables à la maison, leur optimisme, leur honnêteté et leur humour suggèrent une force qu’elles devront certainement mobiliser dans les années à venir.

Soirée Trouble dans le genre : dimanche 22 août

20h00 – Cinéma des Familles
Une séance – deux films

~ Q ~
L. Nexer, J. Josse, A. Compère, T. Delmère, E. Calloch, L. Baudrillart et L. Thomas / France – 2018 – 9’


Qu’est-ce qui définit la féminité ? La masculinité ? Combien d’orientations sexuelles existe-t-il? À partir de quel âge peut-on pressentir de son orientation sexuelle ? Des Bellilois de sexe, d’âge et de milieux différents répondent aux questions de collégien·ne·s de Groix et de Belle-Île.


~  Viril·e·s ~
Julie Allione
France – 2018 – 1h12
En présence de Julie Allione 

Des hommes virils, d’autres moins, des femmes qui jouent le rôle qu’on leur assigne et d’autres non, des garçons qui roulent des mécaniques… Viril·e·s est un film qui questionne le genre à partir d’un territoire, les intervenant·e·s sont corses, pourtant ce n’est pas un film sur l’identité corse. Viril·e·s est un moment de parole où l’on s’interroge sur la manière dont un territoire fabrique une culture de genre. Il s’agit avant tout d’une réflexion universelle sur le poids du patriarcat. La simplicité du dispositif, des interviews sur le vif, permet l’émergence d’une parole complètement libre.

 22h30 – Cinéma des Familles

~ Leitis in waiting ~
Dean Hamer, Joe Wilson
et Hinaleimoana Wong-Kalu

 États-Unis, Tonga – 2017 – 1h12

Cette fresque vivante et pleine d’humour retrace l’histoire de Joey Mataele et des leitis, un groupe de femmes autochtones, transgenres et intrépides des îles Tonga. Dans leur petit royaume du Pacifique Sud, les leitis sont bien décidées à lutter contre la récente montée de l’intolérance, exacerbée par un fondamentalisme religieux venu de l’extérieur. Leitis in Waiting rend hommage au courage qu’il faut aux leitis pour exister, sans renoncer à être elles-mêmes.