Expositions

En accès libre de 10h30 à 19h30 – Trois espaces d’exposition : au fort du Gripp, à Port Lay et à Port Tudy.

Le vernissage des expositions se fera cette année sous forme de balade pour découvrir les trois sites d’exposition.
Jeudi 22 août, rendez-vous à 10h30 devant le Pub de la Jetée à Port Tudy.
La visite se terminera à Port Lay par un pot lors duquel vous pourrez échanger avec les exposants.

Atelier FáBRiKa
Revelar Chiloé
Émulsions photographiques et installations
Archipel de Chiloé

Commencé en 2017, le projet « Revelar Chiloé » résulte d’une recherche sur l’identité chilote et utilise un mélange de procédés photographiques découverts au 19e siècle pour exprimer et enregistrer les modes de vie d’un territoire en constante mutation.
Après avoir parcouru l’archipel en voilier pendant plusieurs semaines, les artistes de FáBRiKa exposent au Fifig une installation photographique et vidéo avec trente-trois œuvres, en immersion totale dans les îles et la culture chilotes.

Pedro López Aguilar
Caguach
Photographies
Île chilote de Caguach

Caguach, l’une des plus petites îles du grand archipel de Chiloé. Il faut quatre heures du port de Castro pour rejoindre ce caillou d’une superficie de 10 km² habité par cinq-cent-quinze habitants.
Caguach signifie « l’île avec la plage de sable fin » en langue Chonos, peuple originel de l’île rejoint au 17e siècle par les Mapuches Huilliches. Convertis au christianisme dès le siècle suivant, ses habitants célèbrent depuis 1778 l’une des traditions religieuses les plus importantes du sud du Chili, la procession en faveur de Jesús Nazareno de Caguach, protecteur des Chilotes…

Exposition en plein air,
sur la digue du phare vert à Port Tudy

Daniel Casado
Infamia
Photographies
 
Archipel de Chiloé

Daniel Casado mène depuis huit ans, un travail photographique sur les élevages de saumons industriels de Patagonie.
Dans sa série « Infamia », il expose la crise environnementale et sociale qu’a connue l’archipel de Chiloé en 2016, lorsque des milliers de tonnes de saumons morts et décomposés ont été rejetés à la mer, générant un désastre écologique sans précédent.
Son travail fait écho à la séance de cinéma sur la crise de la pêche intensive à Chiloé lors de laquelle il présentera son film Estado Salmonero.

Agathe Marin
Cartas
Affiches illustrées, imprimées à la main
en sérigraphie ou en cyanotypes
Chiloé et mer du Chili

Cartas, ce sont des cartographies illustrées du Chili, ce pays-île du bout du monde qui tourne étrangement le dos à la mer. Cartographies imaginaires, réinventées, où le nord est mis de côté, où la mer devient le lieu habité… Et c’est au dos de cartes postales, là où, en quelques bribes, on tente de raconter le réel, que l’on trouve les légendes de ces géographies poétiques.
Agathe Marin a vécu par intermittence à Valparaíso de 2005 à 2016 et s’est rendue sept fois dans l’archipel de Chiloé, avant de poser ses sacs à Groix en 2017.

Luca Solari
La Forteresse
Photographies
Île néerlandaise de Schiermonnikoog

Le photographe Luca Solari se rend pour la première fois sur l’île de Schiermonnikoog, tout au nord des Pays-Bas, en 2009. Il y retourne pendant neuf ans, chaque hiver, rencontre les habitants et s’intègre à la vie de l’île.
« L’île est ceinturée par des dunes de sable. Soumise aux vents et aux marées, elle résiste depuis la nuit des temps. Un peu comme une forteresse. Les gens y viennent pour se construire et se renforcer, c’est un lieu de paix », explique Luca Solari. Des centaines de clichés plus tard, un livre de photographies de 386 pages voit le jour, articulé autour de sept thèmes.

Thomas de la Pinta
Îlots imaginaires
Gravures
Onirisme

Artiste aux multiples facettes (graveur, peintre, illustrateur), Thomas de la Pinta présente une partie de ses gravures à l’eau-forte sur le thème des îles oniriques.
Porté par un imaginaire s’inspirant de la bande dessinée ou du dessin animé, il fera rêver petits et grands…

Nathalie Pitel
Ondes
Sculptures en métal
Mers du monde

« Cette série de sculptures est infinie tout comme le mouvement de la mer. L’idée est d’arrêter la vague dans un instant T, peut-être avant l’impact, avant sa violence.
Tenter de figer le fer dans une matière liquide. Il y a la violence de la nature et la beauté de la forme. L’acier garde une force par nature ; une fois mis à nu, il devient bijou et élégance ».

Agenda – Espace expositions de Port Lay

Jeudi 22 août à 17h30 :
Luca Solari vous présentera son livre
La Forteresse à la librairie du festival.
Samedi 24 août à 11h30 :
Agathe Marin vous présentera son livre Luz à la librairie du festival.
Samedi 24 août à 15h :
En parallèle de son exposition et dans le cadre des siestes radiophoniques proposées par Radio Balises, vous pourrez écouter les cartes postales sonores réalisées par Agathe Marin lors de son dernier voyage dans l’archipel de Chiloé en 2019.

[vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »50px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_empty_space height= »20px »][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1469978265055-3f17b855-4c17″ title= »De Cosa Nostra aux femmes siciliennes »][vc_single_image image= »8236″ img_size= »165×220″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »letizia Battaglia » css= ».vc_custom_1530384614148{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1469978265336-df22a1db-d210″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Letizia Battaglia est une pionnière du photojournalisme italien. Née à Palerme en 1935, elle se marie à 16 ans pour échapper à son père. Dix-huit ans de mariage plus tard, elle quitte son mari et part pour Milan pour changer de vie. En 1974, revenue à Palerme, elle travaille comme photographe pour le journal L’Ora et est le témoin quotidien des exactions de la mafia. Passée la nausée du premier corps ensanglanté, Letizia Battaglia suivra les méfaits de la mafia en Sicile pendant plus de 30 ans. Plus tard, pour exorciser cette violence, elle s’est mise à photographier les femmes…


Interview – projection en continue
Elle s’est livré au réalisateur Fransesco Maresco en 2017 dans
La Mia Battaglia, un entretien vidéo de 32 minutes, où elle évoque Palerme, la photographie, mais aussi la vie, la mort, l’amour.

Page Facebook de Letizia Battaglia

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_empty_space height= »35px »][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1469974442719-094bf47f-f4fa » title= »Ils arrivent pieds nus par la mer »][vc_single_image image= »8237″ img_size= »165×220″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »Maud veith » css= ».vc_custom_1530384736036{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1469974442954-37644bad-17d6″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Témoignage de l’entraide et de l’humanité qui règnent à bord de l’Aquarius. Engagée par l’association SOS Méditerranée comme photographe reporter, Maud Veith fonde également l’association Femmes PHOTOgraphes en 2015.
« J’embarque pour la première fois sur l’Aquarius en octobre 2017, bateau humanitaire affrété depuis février 2016 par l’association SOS Méditerranée afin de venir en aide aux embarcations migrantes. Au cours des trois semaines passées à bord comme photographe, 588 passagers ont été sauvés de la noyade. Tous étaient partis de Libye, seulement équipés d’un petit sac plastique contenant l’essentiel de leurs affaires, et pieds nus pour la plupart. Deux jours plus tard, nous les déposions sur la terre ferme, dans le petit port de Vibo Valentia, au sud de l’Italie ».


Samedi 25 août, à 11h15 : conférence sur les migrations avec SOS Méditerranée

Site de Maud Veith

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_empty_space height= »20px »][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1500562043133-a190d1e1-ec1f » title= »La Pêche au thon à l’appât vivant »][vc_single_image image= »8238″ img_size= »165×220″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »Jean Paul Mathelier » css= ».vc_custom_1530384694004{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1500562043402-ac4ed40f-66f3″ add_icon= »true »][vc_column_text]

« Sur le chalutier la traque était invisible, réduite à des rayures et points sur un sonar, ici tout se vivait comme depuis la nuit des temps à guetter l’océan ». Jean-Paul Mathelier est photographe et réalisateur, il a embarqué à bord de bateaux de pêche au thon au large des Açores. 

Documentaire – projection en continue
Hommes de Misaine – 26’ – Réalisé par Jean-Paul Mathelier, sur la quête du « poisson d’argent », la sardine, à partir de photographies de Jacques de Thézac (entre 1910 et 1930).

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975879783{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section title= »Arrêts sur Image » tab_id= »1500716296898-7d6eec43-3465″][vc_single_image image= »8226″ img_size= »205×150″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » css= ».vc_custom_1530382958345{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » title= »Antonia Jackson »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1500716298349-75f09330-bc17″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Le travail actuel d’Antonia Jackson est inspiré par la redécouverte d’archives familiales sous forme de films Super 8, réalisés par son père dans les années 70 et 80 lors de ses voyages d’affaires en Asie et Afrique. Les îles y figurent en bonne place, notamment Hong Kong, le Sri Lanka et l’Indonésie. Antonia sélectionne soigneusement des arrêts sur image extraits de ces films et créé une peinture narrative colorée qui oscille entre figuration et abstraction. L’utilisation de la couleur, influencée par le postimpressionisme, donne à ses tableaux une atmosphère irréelle et invite le spectateur dans un monde poétique étrange relevant à la fois du souvenir et de l’imaginaire.

Site internet d’Antonia Jackson

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_empty_space height= »15px »][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975879783{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section title= »Cartes marines » tab_id= »1500716263294-5fbfce52-f067″][vc_single_image image= »8228″ img_size= »205×150″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » css= ».vc_custom_1530383041276{padding-top: 10px !important;background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » title= »catherine raoulas »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1500716264681-e122b70b-9189″ add_icon= »true »][vc_column_text]

« Cartes marines, morceaux d’épaves, toiles de jute… telles sont les matières premières que j’exploite pour exprimer ma passion : la mer et ses hommes qui en vivent. Installée sur le port de Lorient, mon quotidien se nourrit d’histoires iodées, musclées mais aussi tendres et hautes en couleurs ».
Catherine Raoulas

Site internet de Catherine Raoulas

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469978223744{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section title= »Collégiens de Groix » tab_id= »1500624787803-26b45039-b2fb »][vc_single_image image= »8225″ img_size= »244 x 179″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » css= ».vc_custom_1530383107028{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » title= »Antoine de Tapol »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1469978010913-67de5aec-c561″ add_icon= »true »][vc_column_text]

« Dans la perspective d’interroger l’impact du territoire sur la construction identitaire, j’ai choisi de m’intéresser aux îles. Groix et Belle-Île-en-Mer plantent le décor. C’est vers les adolescents et plus spécifiquement vers les élèves de troisième que je me suis tourné. Très lucides sur leurs conditions, ils vont quitter un cocon et franchir la mer afin de poursuivre leurs études. Les horizons se dessinent et j’interroge la vision qu’ils ont de leur île, du continent, de l’amitié, de l’adolescence… »
Antoine de Tapol

Site internet d’Antoine de Tapol

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1530383127235-5e089903-c924″ title= »Autour de l’île »][vc_single_image image= »8229″ img_size= »150×220″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »ÎAC, Île Art Contemporain » css= ».vc_custom_1530385829476{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1530383127350-3385982a-6a59″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Le collectif ÎAC propose un travail sur le thème de l’île.
Parallèlement un second projet est présenté par l’association ÎAC à Kermouzouet sous forme d’un parcours d’art en plein air sur le thème « l’image en mouvement ». Plusieurs installations seront proposées du 7 juillet au 31 août.

Page Facebook du ÎAC
Site internet du ÎAC

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_empty_space height= »15px »][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1530383127597-8031a850-8103″ title= »Phares »][vc_single_image image= »8227″ img_size= »150×220″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »Catherine Bayle » css= ».vc_custom_1530386114700{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1530383127720-ba7eee01-7482″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Catherine récupère du papier peint, qu’elle triture, déchire, coupe et colle pour créer des collages sur les phares. Elle et son mari, Jacques Bayle-Ottenheim, ont participé à la création du festival du livre insulaire à Ouessant, il y a quelques années. C’était en 1999. Depuis, les années ont passé et la passion de Catherine n’a pas faibli puisqu’elle vient de réaliser son 258ème phare, celui de Formica, en Sicile…

Site internet de Catherine Bayle

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1530383128083-e5cae7dd-5290″ title= »Fresque des écoles »][vc_single_image image= »8230″ img_size= »150×220″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »valérie windeck et les enfants de Groix » css= ».vc_custom_1530386319855{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1530383128227-6da9f803-4e3a » add_icon= »true »][vc_column_text]

Les enfants des écoles primaires de Groix ont réalisé un dessin représentant l’île de Groix. Plus d’une centaine de dessins ont été assemblés afin de réaliser une fresque. Ce travail fait écho au court métrage de 28 min de Valérie Windeck, J’habite sur une île, présenté cette année au Fifig dans la sélection Îles du Ponant.

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][/vc_row]

[vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »50px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_empty_space height= »20px »][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1469978265055-3f17b855-4c17″ title= »Carnets de voyage »][vc_single_image image= »5906″ img_size= »190 x 211″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »SYLVIE BARGAIN » css= ».vc_custom_1500564792173{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1469978265336-df22a1db-d210″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Dessinatrice compulsive autodidacte, j’ai découvert depuis quelques années le bonheur intense que provoquent non seulement l’action de dessiner, mais aussi celui de regarder le monde avec intensité, le crayon n’étant finalement que le prolongement du regard. C’est comme si je voulais m’imprégner de chaque bruit, chaque odeur, chaque modification même infime de la lumière et conserver tout cela dans un carnet comme un trésor…

Site internet de Sylvie Bargain

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1500562043133-a190d1e1-ec1f » title= »Lambeaux – Journal intime »][vc_single_image image= »5904″ img_size= »190 x 211″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »GILLES-ELIE-DIT-COSAQUE » css= ».vc_custom_1500648953412{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1500562043402-ac4ed40f-66f3″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Lambeaux est un journal intime reconstitué à partir d’éléments disparates. Un journal intime fantasmé où l’intime et le collectif se mêlent dans des pages éclatées, apparaissant ou disparaissant au gré des présentations. Un journal en mouvement où les messages se nichent davantage dans l’espace entre chaque page que dans celles-ci. Lambeaux est une mémoire créole. Créole au sens géographique et spirituel. On pourrait dire, pour construire un a reux mot à partir du concept d’Édouard Glissant, une mémoire créolisationnée. Une mémoire née des données du monde absolument hétérogènes les unes par rapport aux autres, se rencontrant dans un lieu et dans un temps donné et qui, à une vitesse foudroyante, fabriquent une nouvelle donnée culturelle complexe et multiple.

Site internet de Gilles-Elie-dit-Cosaque

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_empty_space height= »20px »][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975791666{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section tab_id= »1469974442719-094bf47f-f4fa » title= »Les Pierrotines »][vc_single_image image= »5907″ img_size= »190 x 211″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » title= »ANABELL GUERRERO » css= ».vc_custom_1500564861981{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1469974442954-37644bad-17d6″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Les Pierrotines procèdent d’une démarche plastique fondée sur la fragmentation de l’image, qui prend la forme de triptyques révélés par clichés successifs (visages, mains, vêtements), fragments qui conforment l’élongation de la figure des femmes à 5 mètres 60 de hauteur. Cette série est un hommage aux femmes de Saint-Pierre, ancienne capitale de la Martinique, détruite le 8 mai 1902 par l’éruption de la Montagne Pelée. Vêtues de longues robes créoles, elles sont photographiées debout, de face, en cadrages serrés, en noir et blanc pour privilégier les motifs, les détails et les textures plutôt que les couleurs. Cette série est constituée de douze portraits verticaux de femmes pierrotines.

Site d’Anabell Guerrero

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975879783{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section title= »Haïti, au Paradis des Indiens » tab_id= »1500716296898-7d6eec43-3465″][vc_single_image image= »5910″ img_size= »244 x 179″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » css= ».vc_custom_1500650005258{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » title= »JOSÉPHINE VAN GLABEKE ET ALAN SCAVINER »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1500716298349-75f09330-bc17″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Joséphine Van Glabeke et Alan Scaviner, jeunes réalisateurs et journalistes indépendants, ont réalisé un documentaire en septembre 2016 sur le village des Abricots et la Fondation Paradis des Indiens. Ils ont quitté Haïti quelques jours seulement avant l’arrivée de l’ouragan Matthew. Cette exposition est un témoignage du village des Abricots quelques jours avant et après l’ouragan, à partir de photos réalisées pendant leur tournage et de photos envoyées par des habitants des Abricots.

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_empty_space height= »15px »][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469975879783{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section title= »Portraits d’îliens » tab_id= »1500716263294-5fbfce52-f067″][vc_empty_space height= »15px »][vc_single_image image= »6253″ img_size= »244 x 179″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » css= ».vc_custom_1501276190290{padding-top: 10px !important;background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » title= »DIDIER GAUTIER »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1500716264681-e122b70b-9189″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Nourri par son expérience de portraitiste de studio, Didier Gautier a développé dans cette série une photographie documentaire fondée sur le récit de ses rencontres avec les Groisillons. Tantôt fortuite au détour d’un chemin de randonnée ou plus formelle dans l’intimité de leur habitation, les îliens se sont livrés avec gentillesse à l’exercice du portrait. De souche ou d’adoption, fiers, indépendants mais solidaires, attachés à leur histoire tout en étant ancré dans notre époque, ils représentent l’île dans la pluralité de ses possibles.

Site internet de Didier Gautier

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_tta_accordion style= »outline » color= »peacoc » spacing= »10″ gap= »10″ c_align= »center » c_icon= » » active_section= »1″ css= ».vc_custom_1469978223744{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » no_fill= »true »][vc_tta_section title= »Dessiner pour ne pas tirer un trait » tab_id= »1500624787803-26b45039-b2fb »][vc_single_image image= »5909″ img_size= »244 x 179″ alignment= »center » style= »vc_box_rounded » css= ».vc_custom_1500650608587{background-color: rgba(36,148,160,0.25) !important;*background-color: rgb(36,148,160) !important;} » title= »LES AMIS DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON »][/vc_tta_section][vc_tta_section i_type= »linecons » i_icon_linecons= »vc_li vc_li-search » title= »En savoir plus… » tab_id= »1469978010913-67de5aec-c561″ add_icon= »true »][vc_column_text]

Le 21 mars 2014, la famille et les proches de Ghislaine Dupont, journaliste radio assassinée à Kidal au Mali le 2 novembre 2013 avec son collègue technicien Claude Verlon, créent l’association Les amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Des caricaturistes se mobilisent contre le silence et l’oubli, pour la vérité et la justice.

Site internet Les amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon

Débat sur la liberté de la presse samedi 26 à 10h30 dans l’espace exposition de Port Lay. Avec Christophe Boisbouvier de RFI, Pierre-Yves Schneider, journaliste formateur à CFI Coopération Medias, Jean Stern d’Amnesty international et Danièle Gonod, présidente de l’association Les amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_accordion][/vc_column][/vc_row]